Ninpo Taijutsu

Notre discipline, s’est appelée Ninjutsu jusqu’en 1995 puis Budô Taijutsu. En 2003, elle est devenue Ninpô Taijutsu.
Le Budô est le nom générique donné aux différents styles de combat développés sur l’archipel Nippon. Le Ninjutsu n’est qu’une partie du Budô Japonais. Bien que réputé dans le monde entier, le Ninpô Taijutsu est un Art Martial Japonais qui reste assez méconnu en France.
Il se compose de deux groupes d’idéogrammes : « Ninpô » (loi de la persévérance et de l’adaptation) et « Taijutsu » (techniques de combat à mains nues et avec armes).
Le Ninpô Taijutsu du Bujinkan Dojo est composé de plusieurs modules. Le premier module est une synthèse des différents principes communs aux 9 écoles. Il s’appelle le Ten Chi Jin Ryaku No maki.
> Le Ten Ryaku ou principe du ciel, est l’ensemble des déplacements du corps dans l’espace.
> Le Tchi Ryaku ou principe de la terre, est l’ensemble des techniques de corps à corps.
> Le Jin Ryaku ou principe de l’Homme, est l’ensemble des combinaisons entre les déplacements et les techniques de corps à corps.
Une technique de « Jin » est toujours une combinaison de « Ten » et de « Chi ».
La connaissance du Ten Chi Jin Ryaku No Maki permet d’atteindre la ceinture noire. Être ceinture noire (Shodan), signifie « avoir compris les bases de l’Art Martial« . Être une ceinture noire n’est pas une fin en soi… C’est au contraire à partir de ce moment que le véritable travail peut commencer.
Le second module est l’étude des 9 écoles regroupées au sein du Bujinkan Dojo. Les 9 Ryû ont toutes des techniques particulières.
Dans ces deux modules, le travail des armes est important. Le Bujinkan considère que l’arme est une extension du corps. Toutes les techniques à mains nues peuvent se faire avec une arme. Le pratiquant doit simplement prendre en compte et s’adapter aux spécificités de chaque arme/outil lors de son utilisation (poids, taille, longueur, résistance). Le pratiquant avancé développe une sorte de 6ème sens et devient capable de « sentir » les possibilités et les équilibres de l’arme dès sa prise en main. Toute technique est régie par des principes qui lui sont propres. Une fois les principes assimilés, le travail des armes devient simple. Cette notion de principe est primordiale pour la compréhension du Ninpô Taijutsu. Connaître et apprendre les lois naturelles qui se cachent derrière les formes, permet au pratiquant de répondre correctement à toute situation. Cela est valable au Dojo mais doit être appliqué quotidiennement en dehors des cours.
L’attitude d’ouverture et la capacité d’adaptation de l’élève doivent être permanentes. La vie est pleine d’enseignement pour celui qui sait interpréter les évènements. C’est pourquoi, pendant le salut en début et en fin de cours, nous répétons la phrase « Shikin Haramitsu Dai Ko Myô », qui pourrait se traduire par « Dans toute expérience il y a un enseignement à tirer ».
Le Ninpô Taijutsu a pour expression le Juppô Sesshô.

Arnaud Cousergue – Shihan du Bujinkan

« Le Ninpô Taijutsu, cherche la fusion du corps et de l’esprit pour la construction de l’être et l’abandon du paraître, en adaptation permanente à l’environnement« .

Sensei Masaaki Hatsumi